Avantages et inconvénients de la formation d’auxiliaire de vie sociale par rapport à d’autres formations sociales similaires

Tout comme les autres métiers dans l’univers social, l’auxiliaire de vie présente des avantages et dispose de ses inconvénients. Avant de s’inscrire à cette formation, il est conseillé de s’informer sur ses côtés positifs et points faibles.

Les plus de la formation AVS par rapport à d’autres diplômes dans le même secteur

Bouton-Documentation

Comparé aux autres formations sociales dans le même domaine, l’auxiliaire de vie est un secteur en pleine expansion. Les scientifiques ne cessent de chercher des moyens pour augmenter notre durée de vie. Les personnes du troisième âge qui deviennent de plus en plus nombreuses font appel à des AVS pour assurer leur bien-être. En optant pour ce domaine de formation, il est rare, voire impossible, qu’un nouveau diplômé soit en chômage. Il sera accueilli à domicile ou dans des organismes spécialisés en matière de service à la personne notamment les associations, les entreprises et les CCAS.

Dans ce domaine, le salaire évolue également suivant l’ancienneté. Il se fixe en fonction des heures travaillées. Si au début, les personnels ne perçoivent qu’une rémunération correspondant au SMIC, ils toucheront jusqu’à plus de 2 000 € par mois après quelques années d’expérience.

Par ailleurs, le DEAVS est un diplôme ouvrant sur diverses carrières. Les diplômés peuvent encore poursuivre leurs études en vue de trouver des postes plus intéressants. Ils bénéficieront ainsi du système d’équivalence et peuvent être exempts de certaines matières à l’examen. Les allègements se résument comme suit :

  • les candidats au Technicien de l’Intervention Sociale et Familiale sont dispensés d’un module sur six ;
  • les titulaires de DEAVS qui souhaitent décrocher le diplôme d’Ambulancier sont exempts de trois modules sur huit ;
  • les AVS qui cherchent à devenir Aide-soignant accèderont directement à l’épreuve d’admission et sont dispensés de quatre modules sur huit ;
  • ceux qui veulent travailler comme Auxiliaire de puériculture ne passeront plus l’épreuve écrite et sont exempts de trois épreuves sur huit ;
  • les candidats au Médico-psychologique ne passeront plus que deux épreuves à l’examen ;
  • les AVS souhaitant travailler comme Moniteur Educateur sont exempts des épreuves écrites de l’admissibilité.

Certains diplômés en auxiliaire de vie qui ont déjà travaillé dans le domaine pendant quelques années peuvent encore acquérir d’autres compétences. En effet, les AVS qui disposent de trois ans d’expériences dans le domaine de la petite enfance peuvent participer aux concours d’Educateur de Jeunes Enfants. Si vous avez déjà travaillé en tant qu’assistant de vie sociale pendant cinq années, vous pouvez figurer parmi les candidats aux concours d’entrée en préparation d’examen d’Educateur Spécialisé.

Les inconvénients de la formation

Si on se réfère à d’autres métiers dans le domaine d’aide à la personne, comme l’accompagnateur à la mobilité et l’Aide médico-psychologique, les tâches d’un auxiliaire de vie s’avèrent vastes. Les deux premiers métiers sont assez limités. Les missions d’un AVS sont donc assez dures. Ayant pour principal rôle d’accompagner une personne âgée et d’assurer son bien-être, il peut prendre en charge les courses, la préparation des nourritures, les aides aux toilettes, la protection contre les insultes, le maquillage et tant d’autres.

Tout cela nous permet de déduire que les tâches d’un diplômé de DEAVS sont assez fatigantes. De plus, l’auxiliaire de vie doit se réveiller très tôt le matin pour veiller à ce que les personnes assistées soient levées et prennent le petit-déjeuner.

Laisser un commentaire...

*