Tout savoir sur le métier d’Accompagnant Educatif et Social

Nouvellement créé et sanctionné par un diplôme d’Etat, le métier d’accompagnant éducatif et social offre des lieux d’exercice variés grâce à ses trois spécialisations. En quoi consiste-t-il exactement et quels sont les pré-requis pour y accéder?

Avec ses trois spécialisations, le métier d’accompagnant éducatif et social (AES) fait fusionner les métiers d’auxiliaire de vie sociale (AVS) et d’aide médico-psychologique (AMP) ; il inclut également celui d’auxiliaire de vie scolaire (AVS) qui, jusqu’ici, ne bénéficiait ni de formation particulière ni de diplôme spécifique.

Documentation

L’AES intervient auprès d’enfants, d’adolescents ou d’adultes en situation de handicap (qu’il s’agisse de déficience physique, psychique, mentale, sensorielle ou cognitive) en leur apportant aide et accompagnement dans la vie quotidienne. Il peut s’agir également de personnes dont la situation appelle une aide au maintien ou au développement de l’autonomie, tant sur le plan physique que social. Son rôle se situe donc à mi-chemin entre le soin et l’éducatif et sa dimension sociale revêt une importance particulière, la personne dépendante se trouvant souvent en situation d’isolement.

A/ Les qualités nécessaires à l’AES

Si la formation au DEAES apporte les connaissances et les compétences nécessaires à l’exercice de la profession, certaines qualités intrinsèques sont indispensables dans ce métier.

  • Patience et attention : la personne accompagnée, surtout quand elle est âgée, ressent fréquemment un sentiment d’abandon et de dépression ; le professionnel doit donc lui permettre de récupérer un certain confort psychique et physique de par sa présence, son sens de l’écoute et sa capacité de stimulation.
  • Bonne condition physique : l’AES peut être amené à soulever des personnes handicapées ou invalides, ce qui exclut tout problème de dos et de genoux.
  • Respect et tact : l’accompagnant entrant dans l’intimité de personnes fragilisées (particulièrement lors de l’aide à la toilette), ces deux qualités sont indispensables.
  • La facilité d’adaptation et de prise d’initiative sont nécessaires pour répondre aux attentes et aux besoins des personnes accompagnées, repérés grâce à la capacité d’observation.
  • L’accompagnement est un métier de contact qui ne peut s’exercer sans le goût du travail en équipe pluri-professionnelle et se sérieuses qualités de communication, tant avec la personne elle-même qu’avec la famille et les professionnels intervenant auprès d’elle.

B/ Les missions de l’AES

Les tâches de l’AES sont diverses et varient selon la spécialisation.

1) Accompagnement de la vie à domicile

L’AES peut être salarié du particulier employeur, d’une entreprise de services d’aide à la personne, d’une association ou d’une collectivité locale. Ses tâches sont fonction du degré d’autonomie de la personne accompagnée mais comprennent généralement :

  • l’entretien du logement (ménage, vaisselle, lessive, repassage…) ;
  • l’alimentation (courses, préparation de repas équilibrés et aide à la prise de ces repas) ;
  • l’hygiène et le confort corporel (aide à la toilette et à l’habillage, refection du lit, conseils en matière d’hygiène et de sécurité) ;
  • l’aide à l’autonomie physique (lever et coucher de la personne, aide à la marche, accompagnement à l’extérieur);
  • l’aide à l’organisation et aux démarches administratives (planification de budget, renseignements de documents administratifs, prise de rendez-vous, accompagnement aux lieux de rendez-vous) ;
  • le soutien intellectuel et psychologique (dialogue, lecture de journeaux ou de livres, jeux de société, suivi avec les autres intervenants et la famille…).

Pour assurer ces tâches, l’AES doit donc maîtriser les techniques de nettoyage et de repassage, l’utilisation des appareils ménagers et des produits d’entretien, les techniques de soins aux personnes dépendantes, la préparation de plats cuisinés, les normes d’hygiène et de sécurité domestiques et alimentaires, le fonctionnement des administrations et la conduite automobile.

2) Accompagnement de la vie en structure collective

Les tâches de l’AES en structure collective varient selon le type de structure et le degré d’autonomie de ses occupants. Dans certaines structures du genre EHPAD, accueillant essentiellement des personnes très dépendantes, il peut être amené à affectuer beaucoup de soins du quotidien si ceux-ci ne sont pas assurés par un aide-soignant, comme dans le cadre de l’accompagnement à domicile.

Avec les personnes relativement autonomes en revanche, outre l’aide à la gestion des documents de la vie courante, l’accent est surtout mis sur le côté social du métier :

  • aide à l’acquisition, au développement ou au maintien des capacités par le biais d’activités collectives ou individuelles à l’aide d’outils et de supports adaptés ;
  • encadrement du groupe lors des activités intérieures ou extérieures ;
  • gestion des budgets d’activités ;
  • facilitation de l’intégration d’individus dans le groupe ;
  • participation à des réunions d’expression
  • gestion des situations de conflit.

3) Accompagnement à l’éducation inclusive et à la vie ordinaire

Cette spécialité concerne les enfants, les adolescents et les jeunes adultes. L’AES intervient dans le champ et hors du champ scolaire à divers niveaux selon l’âge du jeune :

  • favorisation de la mobilité, vérification des conditions de confort et de sécurité ;
  • accompagnement du jeune dans l’accès aux activités d’apprentissage de toutes sortes à l’aide de supports adaptés;
  • aide à la communication entre le jeune et son environnement ;
  • identification des ressources, des compétences et des difficultés du jeune afin d’adapter la situation d’apprentissage, en lien avec l’enseignant ;
  • stimulation de l’activité motrice, sensorielle et intellectuelle ;
  • observation et transmission des signes d’un problème de santé ;
  • assistance au jeune dans l’écriture, la prise de note et la compréhension des consignes ;
  • participation à la mise en oeuvre du projet personnalisé.

C/ Le cas de l’AVS et de l’AMP

La création du DEAES n’a aucune incidence sur les AVS ou les AMP déja diplômés: les uns comme les autres deviennent automatiquement titulaires du DEAES. Les AVS, ainsi que les titulaires du Certificat d’aptitude aux fonctions d’aide à domicile ou de la mention complémentaire aide à domicile se voient attribués la spécialité accompagnement de la vie à domicile.

Les titulaires du DEAMP ou du Certificat d’aptitude aux fonctions d’aide médico-psychologique obtiennent de droit le DEAES spécialité accompagnement de la vie en structure collective.

Laisser un commentaire